Presse

Le monde / Le 6 septembre 2018

Midi Libre / Lundi 28 mai 2018


Soumont. Une visite théâtralisée du Centre d’enfouissement a eu lieu samedi. C’était une première, elle est réussie ! Dans le cadre de la semaine festive du Recyclage Lodévois, deux bénévoles de l’association, également comédiens, ont animé deux visites du centre d’enfouissement (ISDND, Institut de stockage des déchets non dangereux) de Soumont ce samedi 26 mai, en partenariat avec le Syndicat Centre Hérault qui gère le lieu, et a de suite adhéré au projet. Magali, chargée des animations, accueillait le public pour une découverte d’un lieu ouvert en 2002 sur une ancienne décharge, dont la durée d’exploitation a été renouvelée à plusieurs reprises et qui doit définitivement fermer en 2022. Trier est indispensable L’occasion pour les deux groupes d’une trentaine de personnes chacun, de voir les différents aménagements faits depuis, par le gestionnaire : traitement des eaux, des bio gaz, traçabilité et casiers d’enfouissement qui reçoivent 24 000 tonnes d’ordures par an, produites par les 77 000 habitants des 76 communes du Cœur d’Hérault.
«Cela représente 54% des 566kg de déchets produits par personne et par an sur le territoire», explique Magali. Autant dire qu’on peut faire beaucoup mieux en matière de tri et d’habitudes de consommation.
«Car la tonne enfouie qui coûte 33€ au Syndicat Centre Hérault, donc à la collectivité, passera à 65€ en 2025». Mais cela ne plaît pas à tout le monde, notamment à deux activistes déjantés présents ce jour-là, sur un site décrété ZED (Zone Écologiquement défendable) venus perturber la visite. Fervents défenseurs des ordures et d’une société de surconsommation, ils ont interpellé le public à plusieurs reprises militant pour le retour des décharges sauvages, un état de gaspillage permanent, ou la fermeture des centres de tri et des recycleries. Avec humour et cynisme, Gaby et Fred ont mis le doigt là où ça fait mal, renvoyant chacun à sa propre conscience avant un final détonnant. Une visite qui devrait être obligatoire pour certains. Et ils sont encore nombreux, ceux qui ne voient pas l’intérêt de trier. ALAIN MENDEZ amendez@midilibre.com

Lodève/Lodévois/Larzac. Avril 2018
Passez donc à la recyclerie avant la déchèterie ! 😉

Midi Libre / Jeudi 22 mars 2018. La Lodévoise de réparation se met en route !
Café repair - Le recyclage lodévois - recyclerie - hérault - occitanie

C’est un des nombreux projets que mène Le Recyclage Lodévois, en plus de la gestion et l’animation de la Recyclerie en entrée de ville. Mardi soir a eu lieu le premier Café & Répare au Bocal dans la Grand-Rue selon un concept existant que l’association aimerait développer sur le Lodévois, et plus largement à l’échelle du Coeur…
C’est un des nombreux projets que mène Le Recyclage Lodévois, en plus de la gestion et l’animation de la Recyclerie en entrée de ville. Mardi soir a eu lieu le premier Café & Répare au “Bocal” dans la Grand-Rue selon un concept existant que l’association aimerait développer sur le Lodévois, et plus largement à l’échelle du Cœur d’Hérault.

Un temps d’échange et de partage qui permet de redonner vie à des objets et leur éviter de partir à la déchetterie puis à l’enfouissement. Vélos, table, ordinateurs, textiles… peuvent ainsi facilement voir leur durée de vie prolongée.

Un projet citoyen qui a du sens
“On jette beaucoup de trucs qui ne devraient pas l’être, des objets qui pourraient encore durer”, résume pour Le Recyclage Lodévois Julien Lhostis présent avec sa boîte à outil, son fer à souder, quelques serre-joints et de la colle à bois. “Ces soirées ont pour but d’allier convivialité et réparation. On s’adapte à ce que l’on rencontre, on voit ce que l’on peut faire ou pas”. Avec les gens qui participent à la réparation des objets qu’ils amènent selon un cahier des charges prédéfini.

“Pour ce rendez-vous test nous avons eu essentiellement des bénévoles de l’association qui sont venus”, constate Julien quelques heures plus tard qui, avec les participants décidaient de remettre ça le mois prochain. “Ce projet citoyen a du sens, on souhaite lancer la Lodévoise de réparation ici. Et impulser des initiatives sur le territoire, qui marcheraient ensuite sans nous”. Et quoi de mieux que le cœur de ville pour venir au plus près des habitants, dans un “Bocal” situé en haut de la Grand-Rue transformé en atelier.

“Nous louons ce local avec le Conseil citoyen qui a été mis en place dans le cadre du contrat de ville. C’est là que nous nous réunissons en une fois par mois, et où les groupes de travail se rencontrent”, explique Christian Besselere, membre du Conseil citoyen mais aussi du conseil d’administration du Recyclage Lodévois, venu lui aussi ce soir-là faire un peu de réparations.

► Un deuxième Café & Répare est déjà prévu au Bocal, le mardi 24 avril de 17 h à 21 h. Libre et ouvert à tous. Contact et infos sur le site.

Midi Libre / Samedi 29 avril 2017. Une journée écologique et festive à la recyclerie.

Midi libre - Une association veut mettre en route une recyclerie

Une nouvelle association a récemment vu le jour sur Lodève : les Amis du recyclage lodévois, née de l’envie et de la volonté de plusieurs personnes : Fabien, Julien, Jean-Pierre, Ahtem et quelques-uns de leurs amis. Une dizaine de personnes au total, sensibles au recyclage et à « une autre façon de consommer. » Leur projet ? Monter une vraie recyclerie où ils pourraient tout à la fois stocker les objets et matériaux dont les gens ne voudraient plus, et les réparer ou les transformer.

« On a les compétences nécessaires pour ça, ont-ils expliqué : en menuiserie, travail du métal, électromécanique et en mécanique pure, sauf automobile. On peut aussi bien réparer de l’électro-ménager que transformer des objets. Transformation utilitaire ou artistique. »

Un projet basé sur le travail

Ces Amis du recyclage ne se posent pas en concurrents de ceux – comme Emmaüs – qui travaillent déjà sur ce créneau. « On est plutôt complémentaires, et un partenariat peut se mettre en place. On tient à ce que notre activité reste sur le Lodévois, et si possible sur Lodève. » Mais pour cela, l’association a besoin d’un local. Un local de 1 000 m² environ, qui abriterait à la fois du stockage et des ateliers. Pas simple à trouver, apparemment. Ce ne sont pourtant pas les friches industrielles qui manquent, ici. « Cela dépend aussi du montant de la location », complète Julien.

Le projet des Amis du recyclage mérite pourtant qu’on y prête attention. « C’est un projet économique, basé sur le travail. On crée de la valeur ajoutée. Il y a déjà un emploi créé. Lorsque nous aurons un local, il nous faudra embaucher une personne pour récupérer la matière-ressource et démonter les objets. À la base, on est déjà dans une économie. On ne demande qu’à l’étendre, dans un esprit collectif. C’est pour ça que nous nous sommes organisés en association. »

En attendant, espèrent-ils, d’en faire une véritable entreprise. Les Amis du recyclage s’inscrivent aussi dans le partage des moyens et des savoir-faire. Autrement dit dans la formation, la création d’emploi et, pourquoi pas, dans l’insertion. « Ça fait partie du projet. Sans pour autant vouloir devenir entreprise d’insertion. » « En bref, conclut Julien, nous sommes dans la sensibilisation, l’économie circulaire, sociale et solidaire. Une de nos finalités : réduire le volume des mises en décharge. »

# Les Amis du recyclage lodévois ouvriront un lieu d’exposition au 11, Grand-rue, vendredi et samedi prochains, de 9 h à 21 h. Apéritif inaugural vendredi à 19 h. Contact : 06 16 43 23 38.